Écla Aquitaine
37 Rue des Terres Neuves,
33130 Bègles
Tel : 05 47 50 10 00

Contact > mma.contact@ecla.aquitaine.fr

L’occitan dans les manuscrits aquitains

A A A

Une terminologie spécifique

L'obituaire de Sainte-Croix de Bordeaux mentionne les noms des morts et la date anniversaire de leur sépulture afin de célébrer des offices religieux pour le repos de leur âme. C’est la raison pour laquelle, chaque obit commence par la formule récurrente : Premeyrament diu far lodeyt […] un aniuersari de […] per l’arma de…, c’est-à-dire « pour l’âme de », tournure dans laquelle le latin anima offre un traitement particulier, le n antéconsonantique, après syncope de la voyelle post-tonique, évoluant en [r] (arma au lieu de anma).

Au fil des textes et des descriptions de biens, reviennent des termes plus ou moins disparus dans la langue moderne car ils ne correspondent plus à la réalité foncière. Il en est ainsi de trens « morceau, parcelle », causa, au sens probable de « propriété », à l’instar de sou « sol », et plassa, « superficie de 2 ares 490 », estatge et maine, « propriété, domaine », ou feu, « fief », forme semi-savante du gascon hiu (du francique *fehu, « bétail »), et enfin aggreira, « quotité du produit d’un champ proportionnelle à la récolte ».
Item diu far lodeyt pytansey ung aniuersari de XL soulz per l’arma de Hucs de Guadanhey, de la parropia Sent-Miqueu de Bordeu…son assignat sobre totas aqueras maysons, maine e estatge, e binha e casau e bosc…qui son en la parropia de Cambas…

On y apprend que Sainte-Croix est une claustra (espace fermé et réservé aux religieux cloîtrés), un mostey ou monestey (du latin monestarium), mais également une saubetat, une « sauveté, terre sous protection de l’Église » ; au détour d’un acte, un peu plus loin, apparaît le mot captau, « collecteur principal dans les palus, canal », totalement disparu du lexique mais fixé dans la toponymie de La Bastide ou de Latresne (lo feu deu captau de La Trena).
Item plus diu far lodeyt priu de la claustra un anniversari de L soulz per l’arma de mossenh Ramont de Faugueyras, abat qui fo deudeyt monestey, losquaus son assignats sobre to taquet hostau que es en la rua de Port, en la parropia Senta-Crotz de Bordeu…
Très précis par ailleurs, l’obituaire décrit avec soin les biens et les confronts. Ainsi relève-t-on, par exemple, le mot ima (graphié yma) qui rend compte de l’estran, de la limite entre hautes eaux et basses eaux du fleuve dans le quartier de Sainte-Croix.

en la parropia Senta-Crotz de Bordeu, au loc aperat : à la Fusteria, per ayssi cum es entre l’ostau de Guilhem de Mausan, de l’un costat, e la mayson de Guilhem de Bouhan, fustey, de l’autre costat, e dura e ten de lonc de la yma de la mar de l’un cap, entro au casau e sou deudeyt Guilhem de Bouhan, de l’autre cap

Albums

H641_AD33

Bibliographie

ASTOR Jacques, Dictionnaire des noms de familles et des noms de lieux du midi de la France, Millau, éd. Du Beffroi, Millau, 2002 

BANNIARD Michel, « Naissance et conscience de la langue d’oc, VIIIe-IXe siècles », dans La Catalogne et la France méridionale autour de l'an Mil. (Barcelone, 2-5 juillet 1987), Barcelone, 1991 

BEC Pierre, LAFONT Robert et ARMENGAUD André, Histoire d’Occitanie, Paris, Hachette, 1979 

BERGANTON Marcel-François, Le dérivé du nom individuel au Moyen Âge en Béarn et en Bigorre : usage officiel, suffixes et formation, Paris, C.N.R.S., 1977 

BOYRIE-FENIE Bénédicte et FENIE Jean-Jacques, Toponymie des pays occitans, Bordeaux, Sud Ouest, 2007 

Denis MUZERELLE, Vocabulaire codicologique, version hypertextuelle, Paris, IRHT, 2002 (Edilis, Publications scientifiques, 2) : http://vocabulaire.irht.cnrs.fr 

CANTALAUSA, Aux racines de notre langue : les langues populaires des Gaules de 480 à 1080, Rodez, Culture d’Oc, 1990 

FRANK Barbara et HARTMANN Jôrg, Le passage à l'écrit des langues romanes, Tùbingen, Maria Selig, 1993 

GROSCLAUDE Michel, La Gascogne, Témoignages sur deux mille ans d’Histoire, Orthez, Per Noste, Collection Utís, 2006 

GROSCLAUDE Michel, La coutume de la Soule, Traduction, notes et commentaires, Saint-Étienne-de-Baigorry, Izpegi, 1993 

GROSCLAUDE Michel, Dictionnaire étymologique des noms de famille gascons, Per Noste / Ràdio País, 2e édition, 2003 

GUINODIE R., Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement, t. 2, 1876 

LAFONT Robert, Histoire et anthologie de la littérature occitane, Presses du Languedoc, 1997 

LAVAUD R. et MACHICOT G., Boecis, poème sur Boèce (fragment), le plus ancien texte littéraire occitan édité, traduit et commenté, Toulouse, IEO, 1950 

POUMEAU Camille, Le Livre velu, cartulaire municipal de Libourne : Étude d’une bastide médiévale, Mémoire de Master 2 (sous la direction de MM. Philippe Araguas, Sylvie Faravel, Frédéric Boutoulle), Université Michel de Montaigne Bordeaux III, 2011 

RAYNOUARD François-Just-Marie, Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours, 6 vol., 1838-1844 

ROUX Jean, « Périgueux et le Périgord médiéval, entre latin, oc et oïl », dans Guy Mandon (dir.), Périgord, occitan et langues de France. Actes du colloque de Périgueux (29-30 juin 2001), Périgueux, Copédit, 2005 

SAMARAN Charles, La coutume de Corneillan, Revue de Philologie et d’Histoire, 1951-1952 

SEGUY Jean et al., Atlas linguistique de la Gascogne, Paris, CNRS, 1954-1973 

Denis MUZERELLE, Vocabulaire codicologique, version hypertextuelle, Paris, IRHT, 2002 (Edilis, Publications scientifiques, 2) : http://vocabulaire.irht.cnrs.fr 

TROPAMER Henry, La coutume d’Agen, Thèse pour le doctorat, Bordeaux, 1911 

VIELLIARD Françoise et BELMON Jérôme, « Latin farci et occitan dans les actes du XIe siècle », dans Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, vol. 155, Paris, 1997, p. 149-183