Écla Aquitaine
37 Rue des Terres Neuves,
33130 Bègles
Tel : 05 47 50 10 00

Contact > mma.contact@ecla.aquitaine.fr

L’occitan dans les manuscrits aquitains

A A A

Clichés d’un terroir

On découvre, dans les précieux feuillets de l'obituaire de Sainte-Croix de Bordeaux, la physionomie d’une ville, ou plutôt celle d’un gros bourg, encore pénétré par la ruralité, dans lequel les innombrables jardins et cultures des différentes congrégations religieuses mitent le parcellaire bâti, en grande partie enchâssé dans l’enceinte du castrum romain. Vinhas (vignes), aubaredas (aubiers), lucs (bois), prats (prés), sablonars (étendues sableuses), grauas (graves), coturas (cultures), bergeys (vergers), casaus (jardins), claus, « parcelles clôturées », bernet (aulnaie), jauguar (lieu humide où croissent les ajoncs), cambareys (chenevières) évoqués dans les actes sont autant d’indications pour la reconstitution d’un paysage urbain, bien différent de celui que nous connaissons aujourd’hui.

trens de binhas e aubaredas e casaus qui son en las grabas de Bordeu, au loc aperat : a Sentz-Bincentz de Lados…l’un trens es au claus de la gleysa Sent-Bincentz, entre lo feu de n’Alexandre de Cambes, d’una part, e lo feu deudeyt monestey Senta-Crotz, e l’aubareda de Arnaut deus Paus…de l’un cap entro au bernet d’en Thomas Faur……carta feyta per Guilhem de Bolhac, notari public.
ladeyta mayson e la binha deu cambarey deudeyt monestey de Senta-Crotz… qui révèle l’existence d’une chènevière au bord du fleuve ; une indication précieuse qui étaye l’hypothèse selon laquelle Cambes, à quelques lieues de là, aurait pour origine le latin médiéval cambis, « chanvre ».
Sans évoquer les paroisses du Bordelais ou de l’Entre-deux-Mers, amplement évoquées par ailleurs dans le document, la reproduction de quelques passages concernant la ville de Bordeaux et son agglomération permet déjà de considérer à quel point les détails fournis ici autorisent la reconstitution du cadre dans lequel s’inscrit le bourg médiéval. Le document offre, de fait, maints détails sur l’odonymie et la microtoponymie.

binhas qui son en las grabas de Bordeu, au loc aperat : au Sablonar d’Arx. Soit un « endroit sablonneux », lié au lieu d’Arx (du latin arcus, « arche, pont »).
sobre tot aquet sou e plassa qui es en la gran carreyra Sent-Miqueu…entre la rua aperada deus Boeys, d’una part, e la causa de Pey Castanh… Soit « la grand’rue Saint-Michel » et la « rue appelée des bouviers » (du gascon boèir).
sobre los prats qui son dauan Larmon…e plus sobre sertanas aubaredas qui son au Pont-Lonc, en la parropia Sent-Saurin… Soit des « prés qui sont devant Lormont (encore prononcé [larmoun] au XXe siècle) et des « aubiers qui sont au Pont-Long », long pont de planches destiné au passage des animaux dans les prairies marécageuses.
un trens de binhas, losquaus son en la parropia de Becla, eu loc aperat : au Luc, e a Rua estreyta. Soit, dans la « paroisse de Bègles », un lieu appelé « au Bois, et À rue étroite » ; peut-être un prolongement de la Caminasse, le « mauvais chemin » qui s’inscrit encore aujourd’hui dans la toponymie de Bègles.
e dura e ten de lonc de la causa deudeyt Arnaut de Fort Hausten de l’un cap entro au camin comunau lo camin Sent-Jacme de l’autre cap… Soit une allusion au passage du « chemin de Saint-Jacques ».
qui es en la parropia de Senon, au loc aperat : au Puch de Casasola… Soit, dans « la paroisse de Cenon », au lieu appelé « au Tertre de la Maison isolée » (gascon casa sola).
en la saubetat Senta-Crotz de Bordeu, en la rua aperada : deu Port… Soit en « la sauveté de Sainte-Croix, en la rue du Port ».
aquera meya mayson qui es en la rua aperada : Senguinenga… Soit dans « la rue appelée des Cornouillers » (gascon senguin + suffixe collectif -enca).
tot aquet trens de binha qui es en las grabas de Bordeu, au loc aperat : au Sarporar, en autra maneyra : a la Peysonari… Soit « dans les graves de Bordeaux », au lieu appelé : « terre propice au serpolet », ou bien « à la Poissonnerie ».
sobre sertans feus qui son pres las sors menudas, en la parropia Sent-Miqueu de Bordeu…tota aquera mayson qui es debert la carreyra qui ba au Miralh, d’una part, e la mayson de Maubin de Bayras, d’autra part… Soit « certains fiefs qui sont près des Sœurs menues » en la paroisse Saint-Michel de Bordeaux et « cette maison qui est du côté de la rue qui va au Mirail (gascon miralh, « lieu de surveillance »), d’une part, et la maison de (A)Maubin de Vayres, d’autre part ».
tot aquet hostau e terra e loc, qui es en la parropia Sent-Progeyt dauant la gleysa, entre l’ostau de Ayquem de La Forest d’una part, e l’ostau de Ramon Dorinha, d’autra part… Soit, « maison et terre et propriété, qui est en la paroisse Saint-Projet devant l’église, entre la maison d’Ayquem de La Forest (lieu d’Eysines), d’une part, et la maison de Raymond d’Origne ».
sertanas terras qui son au Punt deu Gui…tres maysons qui son à rua Trebessana en la parropia de Sent-Miqueu…sou de terra e de casau que ten a l’engenh deu Miralh, en la parropia de Sent-Aloy. Soit « certaines terres qui sont au Point du bornage » (latin médiéval guia, syn. de metatio, limitum positio)… « trois maisons qui sont sur la rue transversale »… « surface de terre et de potager qu’il possède à la prison du Mirail ».

Albums

H641_AD33

Bibliographie

ASTOR Jacques, Dictionnaire des noms de familles et des noms de lieux du midi de la France, Millau, éd. Du Beffroi, Millau, 2002 

BANNIARD Michel, « Naissance et conscience de la langue d’oc, VIIIe-IXe siècles », dans La Catalogne et la France méridionale autour de l'an Mil. (Barcelone, 2-5 juillet 1987), Barcelone, 1991 

BEC Pierre, LAFONT Robert et ARMENGAUD André, Histoire d’Occitanie, Paris, Hachette, 1979 

BERGANTON Marcel-François, Le dérivé du nom individuel au Moyen Âge en Béarn et en Bigorre : usage officiel, suffixes et formation, Paris, C.N.R.S., 1977 

BOYRIE-FENIE Bénédicte et FENIE Jean-Jacques, Toponymie des pays occitans, Bordeaux, Sud Ouest, 2007 

Denis MUZERELLE, Vocabulaire codicologique, version hypertextuelle, Paris, IRHT, 2002 (Edilis, Publications scientifiques, 2) : http://vocabulaire.irht.cnrs.fr 

CANTALAUSA, Aux racines de notre langue : les langues populaires des Gaules de 480 à 1080, Rodez, Culture d’Oc, 1990 

FRANK Barbara et HARTMANN Jôrg, Le passage à l'écrit des langues romanes, Tùbingen, Maria Selig, 1993 

GROSCLAUDE Michel, La Gascogne, Témoignages sur deux mille ans d’Histoire, Orthez, Per Noste, Collection Utís, 2006 

GROSCLAUDE Michel, La coutume de la Soule, Traduction, notes et commentaires, Saint-Étienne-de-Baigorry, Izpegi, 1993 

GROSCLAUDE Michel, Dictionnaire étymologique des noms de famille gascons, Per Noste / Ràdio País, 2e édition, 2003 

GUINODIE R., Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement, t. 2, 1876 

LAFONT Robert, Histoire et anthologie de la littérature occitane, Presses du Languedoc, 1997 

LAVAUD R. et MACHICOT G., Boecis, poème sur Boèce (fragment), le plus ancien texte littéraire occitan édité, traduit et commenté, Toulouse, IEO, 1950 

POUMEAU Camille, Le Livre velu, cartulaire municipal de Libourne : Étude d’une bastide médiévale, Mémoire de Master 2 (sous la direction de MM. Philippe Araguas, Sylvie Faravel, Frédéric Boutoulle), Université Michel de Montaigne Bordeaux III, 2011 

RAYNOUARD François-Just-Marie, Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours, 6 vol., 1838-1844 

ROUX Jean, « Périgueux et le Périgord médiéval, entre latin, oc et oïl », dans Guy Mandon (dir.), Périgord, occitan et langues de France. Actes du colloque de Périgueux (29-30 juin 2001), Périgueux, Copédit, 2005 

SAMARAN Charles, La coutume de Corneillan, Revue de Philologie et d’Histoire, 1951-1952 

SEGUY Jean et al., Atlas linguistique de la Gascogne, Paris, CNRS, 1954-1973 

Denis MUZERELLE, Vocabulaire codicologique, version hypertextuelle, Paris, IRHT, 2002 (Edilis, Publications scientifiques, 2) : http://vocabulaire.irht.cnrs.fr 

TROPAMER Henry, La coutume d’Agen, Thèse pour le doctorat, Bordeaux, 1911 

VIELLIARD Françoise et BELMON Jérôme, « Latin farci et occitan dans les actes du XIe siècle », dans Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, vol. 155, Paris, 1997, p. 149-183