Écla Aquitaine
37 Rue des Terres Neuves,
33130 Bègles
Tel : 05 47 50 10 00

Contact > mma.contact@ecla.aquitaine.fr

Les œuvres de l'esprit

A A A

La musique intrumentale

La musique et le chant, à proprement parler, sont révélés par des manuscrits de deux types : ceux au sein desquels un thème iconographique induit la représentation de musiciens et ceux dont la fonction est de servir de support au chant. Dans le premier cas, pour notre catalogue, l’iconographie religieuse l’emporte en nombre par les représentations de musique instrumentale.

Le plus fréquemment, il s’agit de représentations d’un ou de plusieurs anges célébrant Dieu le Père ou la Vierge et l’Enfant. Dans ce contexte, la cour céleste est pourvue d’instruments à cordes (harpe, vièle, psaltérion) ; ailleurs, les anges peuvent avoir recours à d’autres types d’instruments, y compris des instruments à vent. Les chœurs d’anges, figurent aussi dans des formations serrées, qui encadrent les figures divines.
Depuis l’Antiquité, on distingue trois grandes familles d’instruments de musique : cordes, vents et percussions (instruments pourvus d’une membrane et instruments résonnant par eux-mêmes). Les théoriciens du Moyen Âge déconsidèrent l’emploi des instruments dans la pratique musicale, plaçant la musique instrumentale à un rang inférieur à la musique vocale, elle-même inférieure à la musique céleste.

Toutefois, le double héritage de la culture antique et de la Bible, au sein de laquelle figurent d’éminents musiciens, à l’image du roi David, infléchit cette posture, au profit des instruments à cordes. Déjà, la mythologie s’était emparée du thème de la hiérarchie des instruments au travers, par exemple, du combat qui opposa Apollon à Marsyas. Dès lors, les cordes devinrent symboliques de l’harmonie, de l’élévation de l’esprit, de l’intelligence, de la mesure, tandis que les vents symbolisèrent la dimension physique de l’homme, sa sexualité, ses pulsions.

La fonction rythmique des percussions, les place également à un rang inférieur. Quelques exceptions dérogent à ce classement, à l’instar des trompes, de l’orgue et des cloches, dès lors que l’Eglise en a recours pour la liturgie, comme outil théorique ou lorsque l’un de ces instruments incarne l’intervention divine, la parole de Dieu.
Seuls les instruments à vent et les cordes sont représentés dans notre catalogue et l’iconographie du roi psalmiste David y tient une place importante. La harpe lui est fortement associée. L’iconographie privilégie la harpe à colonne, variante de la harpe traditionnelle irlandaise, attestée dès le VIIIe siècle. Ses cordes étaient métalliques, tandis que la tradition méditerranéenne employait des cordes en boyau.

La harpe est à rapprocher du psaltérion. Cet instrument de la famille des cithares produit des sons tenus qui le rendent approprié pour l’accompagnement de la lecture des psaumes. En ce sens, au Moyen Âge, il est très fortement attaché au psautier. Dans l’iconographie, on l’associe ainsi souvent avec David. De forme triangulaire, rectangulaire ou trapézoïdale, il aboutit à de nombreux dérivés dont une harpe-psaltérion ou harpe hybride.

Notices

Ms G903 Bordeaux - F°209v : Crucifixion
Notice iconographique
Marcadé 89 - Vierge à l’Enfant avec ange musicien
Notice iconographique
Fonds Marcadé

Albums

ms0171_Périgueux
G903_AD33
ms0001-1_Bordeaux
ms0001-2_Bordeaux
ms0094_Bordeaux
ms0095_Bordeaux
ms1780_Bordeaux

Bibliographie

CLEMENT-DUMAS Gisèle, Des moines aux troubadours IXe-XIIIe siècle : La musique médiévale en Languedoc et en Catalogne, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2004

CULLIN Olivier, Brève histoire de la musique au Moyen Âge, Paris, Fayard, Les chemins de la musique, 2002

CULLIN Olivier, Laborintus : Essais sur la musique au Moyen Âge, Paris, Fayard, Les chemins de la musique, 2004

CULLIN Olivier (Dir.), La place de la musique dans la culture médiévale, Colloque organisé à la Fondation Singer-Polignac le mercredi 25 octobre 2006, Turnhout, Brepols, Rencontres Médiévales Européennes, 7, 2007

FERRAND Françoise (Dir.), Guide de la musique du Moyen Âge, Paris, Fayard, Les indispensables de la musique, 1999

GAGNEPAIN Bernard, La musique française du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, P. U. F., Que sais-je ?, 1984

HOMO-LECHNER Catherine, Sons et instruments de musique au Moyen Âge : Archéologie musicale dans l’Europe du VIIe au XIVe siècle, Paris, Errance, Collection des Hespérides, 1996

HUGLO Michel, Les livres de chant liturgique, Turnhout, Brepols, Typologie des sources du Moyen Âge occidental, Fasc. 52, 1988

LE VOT Gérard, Vocabulaire de la musique médiévale, Paris, Minerve, Musique ouverte, 2001

VIRET Jacques, B.A.-BA musique médiévale, Grez-sur-Loing, Pardès, 2005