Écla Aquitaine
37 Rue des Terres Neuves,
33130 Bègles
Tel : 05 47 50 10 00

Contact > mma.contact@ecla.aquitaine.fr

L'aventure des fonds

A A A

Commandes et destinées diverses

Au cours du Moyen Âge, les commandes de manuscrits ont eu des origines diverses, selon les époques et selon la typologie et les usages de ces manuscrits. Pour la période romane, la majeure partie des commandes et de la production de manuscrits provenait des établissements monastiques. Les ouvrages ainsi produits avaient pour vocation de servir à la tenue de l’office divin, à la pratique quotidienne de la liturgie, à l’enseignement, la lecture et la méditation des moines ainsi qu’à la gestion de la communauté et de ses biens et droits. Jusqu’à une période récente, nombre de ces manuscrits ne quittèrent jamais les monastères dans lesquels ils avaient vus le jour ; ce fut le cas, par exemple, de la Bible de l’abbaye de la Sauve-Majeure. Bon nombre voyagèrent aussi au sein des communautés correspondantes.
Ce type de commandes se prolongea tout au long du Moyen Âge, mais fut concurrencé par de nouveaux types de commandes, répondant aux besoins de nouveaux lectorats. D’une part, les hauts prélats cultivés passèrent commandes pour leur bibliothèque et leur usage personnel. Les fonds manuscrits ainsi constitués furent parfois légués, par ces mêmes prélats à leur mort, aux bibliothèques de leur cathédrale ou à des abbayes desquelles ils se sentaient proches.
D’autre part, les commanditaires laïcs se firent de plus en plus nombreux, souhaitant posséder des manuscrits destinés à leur dévotion privée, à la lecture d’agrément ou à la collection. La traduction de la Bible en langue vernaculaire, le développement de la production littéraire, mais aussi celui des ouvrages liturgiques allèrent de paire avec cette demande croissante. Les manuscrits ainsi créés formèrent pour une part les collections les plus prestigieuses, dont une partie gagna les collections publiques. Une autre part de ce patrimoine, souvent moins illustre, se transmit par héritage, fut perdue, détruite ou vendue. Certains de ces derniers manuscrits entrent parfois encore dans les collections publiques, dans des états de conservation divers. Au sein de notre catalogue, la collection Marcadé se résume, par exemple, à un assemblage de miniatures découpées.
D’autres productions, plus usuelles, plus fonctionnelles constituent un dernier pan du panorama des manuscrits médiévaux. Il s’agit des actes (juridiques, fonciers, notariaux, etc.) et de leurs recueils (les cartulaires), des règlements, des coutumes, mais aussi des ouvrages d’étude et d’enseignement, des traités techniques et scientifiques. La plupart d’entre eux furent conservés dans les établissements, les institutions qui les forgèrent et dont ils constituaient en quelque sorte les archives, les témoignages de leurs droits, etc. Partant, leur destin fut lié à ces institutions. Pour beaucoup, ils entrèrent ainsi dans les collections publiques (Bibliothèques et Archives) sous la Révolution. La nature de certains de ces documents, comme les traités techniques et les manuscrits d’enseignement, les ont conduit également à intégrer les collections publiques, du moins pour ceux ayant été conservés dans les établissements monastiques et dans les collections royales.

Notices

Livre des statuts et des coutumes de la ville d'Agen
Notice manuscrit
Ms AA01 Libourne - F°20 Christ en croix
Notice iconographique
Ms 0740 Bordeaux - F°1v : Dessin
Notice iconographique
Ms AA01 Oloron-Sainte-Marie : Lettrines à cadeaux
Notice iconographique
Ms 0001-1 Bordeaux - F°130v : Lettrine
Notice iconographique
Ms 0042 Agen - F°8 : Vierge à l'Enfant
Notice iconographique
Ms 0171 Périgueux - F°70v : Décor végétal ; Lettrine, bénédiction des encensoirs
Notice iconographique
Obituaire de Sainte-Croix
Notice manuscrit

Albums

ms0042_Agen
msAA01_Libourne
ms1AA1_Oloron-Sainte-Marie
ms0171_Périgueux
ms0001-1_Bordeaux
ms0001-2_Bordeaux

Bibliographie

Collectif, Patrimoine des bibliothèques de France : un guide des régions, Vol. 7, Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Paris, Banques CIC pour le livre, Ministère de la culture, Direction du livre et de la lecture, Payot, 1995